Paroisse de Saint-Martin

Secrétariat de la paroisse Saint – Martin
Rue de l’Eglise 3
1969 Saint-Martin
Favre Sandra +41 27 281 12 63
p.mtnoble.stmartin@gmail.com
Vendredi: 09:00 – 12:00 / 14:00 – 17:00

 

La paroisse se recoupe avec la commune de St-Martin et comprend plusieurs villages et hameaux : Suen, St-Martin, Trogne, Eison, Liez, Praz-Jean, La Luette, La Crettaz sur Euseigne (et encore Ossona).

La commune de St-Martin compte environ 900 habitants, dont près de 90 % de catholiques.

 

Historique

L’église dédiée à Saint-Martin qui a donné son nom au village et à la paroisse, n’apparaît pas dans les textes avant le XIIIème siècle : aux environs de 1250, un « Johannes Colons de Sancto Martino » est mentionné, tandis que l’église est attestée en 1291 seulement. Le choix du titre de Martin de tours dont le culte se développe en Valais durant le premier millénaire, n’exclut pas l’existence d’une église antérieure.

L’église attestée au XIIIème siècle est mal connue. On ignore si des réfections et autres agrandissements sont intervenus au cours des siècles. Antoine Namont la dote en 1448 d’un autel Saint-Michel ; en 1955, on construit ou reconstruit le clocher. L’église baroque du XVIIIème siècle probablement trop vétuste et trop petite est remplacée par un nouvel édifice en 1743-1745 sur l’initiative du curé Laurent de Vineis.

L’église de 1950

En 1934, le délabrement de l’église inspire des inquiétudes. Les paroissiens ont de sérieuses raisons de scruter les fissures de l’église. En effet, ils vivent dans la hantise d’une catastrophe semblable à celle qui a endeuillé la communauté de Nax en 1909. En 1943, lorsque l’assemblée paroissiale décide de reconstruire l’église, on prévoit de la bâtir au nord-ouest de l’ancienne sur un terrain plus stable.

Deux grands architectes pour la nouvelle église

Damien Bex, curé de St-Martin de 1936 à 1983, fervent admirateur du classicisme structurel pratiqué par Denis Honegger (1907-1981) et du rôle de Fernand Dumas (1892-1956) dans la modernisation de l’art sacré en Suisse romande, leur confie la réalisation de la nouvelle église paroissiale. Au vu des esquisses conservées, on constate que les architectes ont cherché à résoudre le problème posé par la forte pente, à concilier une façade moderne avec le clocher de 1813 que l’assemblée paroissiale désirait conserver. Une polémique sur la personnalité des architectes choisis, sur le projet retenu, freine la mise en œuvre. Malgré tout, l’église baroque est démolie en 1949. Le chantier avance rapidement et la nouvelle église paroissiale est consacrée le 12 août 1951.

A noter aussi que diverses chapelles enrichissent notre patrimoine religieux : à Suen (Saint-Bernard de Menthon), à la Chapelette (oratoire de la Vierge), à Eison (Saint-Georges), à Liez (Saint-Marc) et à La Luette (Notre-Dame-Auxiliatrice).

 

Source : Catherine Raemy-Berthod, Les sanctuaires de Nax, Vernamiège, Mase et Saint-Martin (Val d’Hérens)